Entité de rattachement
CCE Cyanobactéries, cyanotoxines et environnement
Thème interdisciplinaire de recherche
Microbiologie, symbioses, techniques analytiques, biologie moléculaire, écologie
Spécialité
Biologie marine

Contact

Réseaux sociaux
Courriel
samuel.orgeas [at] gmail.com
Téléphone
0140793179
Adresse(s)

12 rue Buffon

75005 Paris

Enseignements

Présentation

Directeurs de thèse :

  • Arnaud Tanguy, UMR 7144 AD2M, Adatpation et Diversité en Milieu Marin, Sorbonne Université, Station Biologique de Roscoff.
  • Sébastien Duperron, UMR 7245 MCAM, Molécule de Communication et Adaptation des Microorganismes, Muséum National d’Histoire Naturel, Paris.

Sujet de thèse (2022-2025) :

Caractérisation de la réponse physiologique et de la capacité d’acclamation de deux espèces de Lucinidae (Loripes orbiculatus et Lucinoma borealis) au stress nutritionnel induisant une perte de symbiote. Etude par une approche multi-omiques de la dépendance entre l’hôte et ses symbiotes.

Activités de recherche :

La conversion de molécules carbonées comme le CO2 ou des carbonates en molécules organiques, en utilisant l’énergie issu d’une oxydation de substrats inorganiques, comme le sulfure d’hydrogène (H2S), est appelée chimiosynthèse. Ce processus, initialement découvert auprès des fumeurs noirs dans les océans profonds, s’est révélé être présent dans de nombreux autres environnements, allant de l’océan profond (fumeurs noirs, suintements froids) jusqu’à des zones peu profondes comme des tourbières, mangroves, bois coulés et autre herbiers marins. Au niveau de ces herbiers marins, vivent régulièrement des bivalves de la très diversifiée famille des Lucinidae. Près de Roscoff, deux espèces vivent en sympatrie dans un herbier marin en pleine expansion, Loripes orbiculatus et Lucinoma borealis. Ces deux organismes vivent en interaction avec des bactéries sulfo-oxydantes localisées dans des cellules spécialisées (appelées bactériocytes) au sein de l’épithélium de leurs branchies. Les bactéries fournissent à l’hôte des composés organiques assurant sa nutrition et l’hôte fournit, entre autres, un abri privilégié et des molécules comme le C02 et l’02 assurant la production énergétique de ses habitants. L’interaction étant positive pour les deux partenaires, on parle ici de symbioses mutualistes.

 

 

L’objectif de ce projet de thèse est de mieux comprendre l’interaction entre les hôtes et leurs symbiotes et plus précisément ce qu’il se produit lorsque ces deux partenaires sont soumis à un milieu dépourvu d’H2S (stress nutritionnel des symbiotes). Afin d’étudier les changements physiologies et la réponse d’acclimatation face à ce stress, une approche multi-omiques est employée afin de caractériser les processus impliqués dans la mise en place, le maintien et la régulation de cette symbiose chez les deux espèces de Lucinidae.

 

Activités collectives :

Co-fondateur de l’association BlueBioBreizh qui avait pour but de valoriser les biotechnologies bleues auprès du public