La Chimie est une discipline historique au Muséum national d'Histoire naturelle

 

Le laboratoire de chimie et le droguier du Roy en 1676 - Gravure de Sébastien Leclerc
Le laboratoire de chimie et le droguier du Roy en 1676 - Gravure de Sébastien Leclerc © MNHN
Crédits
Le laboratoire de chimie et le droguier du Roy en 1676 - Gravure de Sébastien Leclerc © MNHN © MNHN

 

Le laboratoire de chimie et le droguier du Roy en 1676 - Gravure de Sébastien Leclerc 

 

La Chimie au Jardin Royal des Plantes Médicinales  

Dès la création du Jardin Royal des Plantes Médicinales en 1626 un enseignement de chimie a été organisé à côté de ceux de botanique et d’anatomie. L’enseignement, dispensé par un professeur, était accompagné de démonstrations, faites par un démonstrateur. La plupart des démonstrateurs ont laissé une marque profonde dans l’histoire de la chimie et l’histoire rapporte que le démonstrateur s’ingéniait par ses expériences à contredire le cours du professeur.
 
L’enseignement de la chimie fut confié en 1647 au médecin alchimiste écossais William Davisson : c’était le premier cours de chimie public et gratuit jamais professé en France. Par la suite les continuateurs de Davisson ont peu à peu transformé le laboratoire du Jardin en l’un des centres chimiques les plus vivants du XVIIIe siècle. Parmi eux, Guillaume-François Rouelle, dit Rouelle l’aîné, a été l’une des grandes figures de son temps : dans son laboratoire ont été formés presque tous les grands chimistes de la pré-période révolutionnaire : Bayen, Bucquet, Darcet, Macquer et surtout Lavoisier. De plus, les philosophes Denis Diderot et Jean-Jacques Rousseau ont suivi les cours de Rouelle au Jardin et ces cours nous sont parvenus en particulier pas les notes de Diderot. Fourcroy, chimiste et conventionnel, a enseigné la nouvelle chimie de Lavoisier dont il a été un ardent propagandiste d’abord au Jardin royal puis, après 1793, au Muséum.
 
Edit du roy
Edit du roy © MNHN
Crédits
© MNHN
Le jardin du Roy - Gravure de F. Scalberge 1636
Le jardin du Roy - Gravure de F. Scalberge 1636 © MNHN
Crédits
© MNHN

Le jardin du Roy - Gravure de F. Scalberge 1636

La Chimie au Muséum d’Histoire naturelle

Quand le 10 juin 1793, le jardin du Roy est devenu le Muséum national d’Histoire naturelle, la chimie a continué à se développer avec deux chaires, l’une de Chimie générale consacrée à la chimie théorique, l’autre des Arts chimiques consacrée aux applications de la chimie. Elles deviendront en 1850 respectivement : « Chimie appliquée aux corps organiques » et « Chimie appliquée aux corps inorganiques ».
 
Des hommes comme Nicolas Vauquelin, Joseph Gay-Lussac, Michel Eugène Chevreul les ont marquées par leurs œuvres et leurs enseignements. Edmond Frémy qui fut le dernier professeur de Chimie inorganique mérite une mention particulière. En 1864, à une époque où les écoles d’ingénieurs chimistes n’existaient pas encore en France, Frémy créa son école de Chimie au Muséum, avec des cours gratuits et où une grande importance était accordée à l’expérimentation. C’est lui qui inaugura en décembre 1872 les bâtiments du 63 rue de Buffon où se trouve l’actuel laboratoire de Chimie. De 1864 à 1892, date de la suppression de cette école, plus de 1400 élèves y ont été formés : ils ont été des artisants de l’industrie chimique, ou de la recherche universitaire et les plus connus sont Henri Moissan, premier français à avoir obtenu le prix Nobel de Chimie (1906), Léon Arnaud, Alexandre Etard, Gabriel Bertrand, Auguste Verneuil, Henri Becquerel, Jacques Curie.
 
Les cours publics de Chimie par Gay-Lussac puis Fremy
Les cours publics de Chimie par Gay-Lussac puis Fremy © MNHN
Crédits
© MNHN

  Les cours publics de Chimie par Gay-Lussac puis Fremy

 

Le laboratoire au temps de Frémy (1814-1894)
Le laboratoire au temps de Frémy (1814-1894) © MNHN
Crédits
© MNHN

  Le laboratoire au temps de Frémy (1814-1894)

 

Les cours publics de chimie2.jpg
Les cours publics de chimie par G. Lussac

Affiche des cours publics de Gay Lussac

Chaires de chimie

Jardin Royal des Plantes Médicinales

Liste des professeurs et démonstrateurs

Chaire n°1 Professeur

Chaire n°2 Démonstrateur

Urbain BAUDINOT

1635-1669

William DAVISSON

1593-1648-1651-1669

Guy Crescent FAGON

1638-1672-1712-1718

Nicaise LE FEBVRE

1610-1652-1660-1669

Suppl.: Simon BOULDUC

1652-1686-1695-1729

Christophe GLASER

1628-1660-1671-1672

Suppl.: Antoine de SAINT YON

1695-1707-1715

Moyse CHARAS

1619-1671-1680-1698

Suppl.: Etienne-François GEOFFROY

1672-1707-1712-1731

Sébastien MATTE

1626-1681-1684-1714

Etienne-François GEOFFROY

1672-1712-1730-1731

Simon BOULDUC

1652-1695-1729

Louis LEMERY

1677-1730-1743

Gilles-François BOULDUC

1675-1729-1742

Louis-Claude BOURDELIN

1696-1743-1771-1777

Guillaume-François ROUELLE

1703-1743-1768-1770

Pierre-Joseph MACQUER

1718-1771-1784

Hilaire-Marin ROUELLE

1718-1768-1779

Antoine François FOURCROY

1755-1784-1809

Antoine Louis BRONGNIART

1742-1779-1804

Muséum national d’Histoire naturelle

Liste des professeurs

Chimie générale

Arts chimiques

Antoine François FOURCROY

1755-1784-1809

Antoine Louis BRONGNIART

1742-1779-1804

André LAUGIER

1770-1810-1832

Louis-Nicolas VAUQUELIN

1763-1804-1830

Joseph Louis GAY-LUSSAC

1778-1832-1850

Michel-Eugène CHEVREUL

1786-1830-1889

Chimie Appliquée aux Corps Inorganiques 1850

Chimie Appliquée aux Corps Organiques 1850

Edmond FREMY

1814-1850-1892-1894

Michel-Eugène CHEVREUL

1786-1830-1889

 

Léon-Albert ARNAUD

1853-1890-1915

 

Louis-Jacques SIMON

1867-1919-1925

 

Richard FOSSE

1870-1928-1941-1949

 

Charles SANNIE

1896-1941-1957

 

Charles MENTZER

1910-1958-1967

 

Darius MOLHO

1920-1968-1989-2003

 

Pierre POTIER

1935-1990-1991-2006

Les grandes découvertes en Chimie au Muséum National d'Histoire Naturelle

1710

Première utilisation par Simon Boulduc de solvants pour préparer les extraits végétaux

1773

Isolement de l’urée par Hilaire-Marin Rouelle

1797

Découverte par Nicolas Vauquelin du chrome à partir de la crocoïte (chromate de plomb) et de la glucine (oxyde de béryllium) à partir de l’émeraude

1810-1823

Recherche sur les corps gras par Chevreul. Isolement et caractérisation du cholestérol à partir des calculs biliaires (1813) et isolement des principaux acides gras à partir des graisses animales : acides stéarique, margarique, oléique, butyrique, caprique et caproïque : Chevreul a défini leur composition, les a nommés et a donné l’explication scientifique de la saponification. Il en a tiré une application pratique d’importance, la bougie stéarique (1834)

1832

Isolement par Chevreul de la lutéoline et de la morine, premières flavones

1835

Isolement par Chevreul de la créatine à partir du bouillon de viande

1839

Publication par Chevreul de la « Loi du contraste simultané des couleurs »

1840

Isolement par Edmond Frémy de l’acide palmitique à partir de l’huile de palme

1853

Détermination par Edmond Frémy et Edmond Becquerel de la nature de l’ozone

1854

Préparation par Edmond Frémy de l’acide fluorhydrique anhydre: ses travaux permettront à son élève Henri Moissan la découverte du fluor, ce qui vaudra à ce dernier le prix Nobel de chimie en 1906

1864

Publication par Chevreul d’une méthode de classification des couleurs « Les cercles chromatiques ». Ces recherches et celles sur le contraste des couleurs seront à l’origine du pointillisme de Seurat et Signac

1888

Synthèse du rubis par Auguste Verneuil et Edmond Frémy

Isolement par Léon-Albert Arnault de l’ouabaïne dont il fait un médicament cardiotonique

1892

Isolement de l’acide taririque (premier acide gras acétylénique) par Léon-Albert Arnault

1898

Préparation biochimique du sorbose par Gabriel Bertrand

1907

Méthode de dosage gravimétrique de l’urée par la formation d’un dérivé avec les sels de xanthylium par Richard Fosse

1926

Préparation par Marcel Frèrejacque du Solucamphre (camphre sulfonate de méthyle), médicament cardiotonique

 

Publié le : 28/11/2017 02:32 - Mis à jour le : 18/07/2023 16:36