Le CNRS
Accueil CNRS
Autres sites CNRS
 
  Accueil > Equipes de recherche > BAMEE
 
Composition de l'équipe
Thèmes de recherche
 
BAMEE
Biodiversité et Adaptation des Microorganismes Eucaryotes à leur Environnement

Responsables      
FLORENT Isabelle Professeur, MNHN 01.40.79.35.47.
MARTIN Coralie Chargée de recherche INSERM 01.40.79.34.96.
Composition      
ALONSO Joy Technicienne, MNHN 01.40.79.35.02.
CHAOUCH Soraya Ingénieur d'étude MNHN 01.40.79.35.16.
DELLINGER Marc Maître de conférences, MNHN
01.40.79.31.32.
DEPOIX Delphine Maître de conférences, MNHN 01.40.79.35.11.
DEREGNAUCOURT Christiane Chargée de recherche, CNRS 01.40.79.35.16.
DESPORTES Isabelle Attachée MNHN 01.40.79.35.08.
DUVAL Linda Maître de conférences, MNHN 01.40.79.34.97.
GEZE Marc Maître de conférences, université 01.40.79.37.28.
GRELLIER Philippe Professeur, MNHN 01.40.79.35.10.
KOHL Linda Maître de conférences, MNHN 01.40.79.35.03.
LABAT Amandine Technicienne MNHN 01.40.79.35.16.
LANDAU Irène Professeur émérite, MNHN 01.40.79.35.00
MOURAY Elisabeth Assistante ingénieure, CNRS 01.40.79.35.16.
RAVEENDRAN Lisy Adjoint technique MNHN 01.40.79.35.14.
SCHREVEL Joseph Professeur émérite, MNHN 01.40.79.35.15.
Doctorants et post-doctorants      
DACHEUX Mélanie Doctorante 01.40.79.57.85
FERCOQ Frédéric Doctorant 01.40.79.34.96.
VALLARINO-LHERMITE Nathaly Post-Doctorante 01.40.79.34.97

Thèmes de recherche

Les interactions symbiotiques entre microorganismes ainsi que les relations entre ces microorganismes et leur environnement biotique ou abiotique, font intervenir une complexité de facteurs moléculaires, cellulaires et environnementaux. Ces interactions permettent la perception du milieu, la communication entre individus d'une espèce, la communication entre espèces, et sont également déterminantes dans le jeu des défenses et contre-défenses mises en place dans les situations d'interactions antagonistes.

L'activité de l'équipe BAMEE porte sur la compréhension des processus d'adaptation aux niveaux moléculaires et cellulaire des microorganismes eucaryotes, libres ou parasites, à leurs environnements en nous appuyant sur divers modèles conventionnels ou non conventionnels (Hémosporidies dont Plasmodium , grégarines, trypanosomes, Giardia , ciliés, Wolbachia et filaires). Nos activités s'articulent autour de deux axes: 1) la description de la biodiversité et de l'évolution des microorganismes et 2) l'analyse fonctionnelle des interactions hôtes-parasites.

Les projets actuellement développés sont:

•  Caractérisation moléculaire et inhibition sélective de cibles, modèles Plasmodium et Trypanosoma (protéases, kinases, phosphatases...)

•  Rôle des phospholipases A 2 sécrétées de l'hôte dans la régulation du développement de Plasmodium

•  Biogénèse du flagelle et perception de l'environnement, modèles Plasmodium et Trypanosoma

•  Interactions du parasite Giardia lamblia avec les bactéries du microbiote intestinal

• Interactions entre ciliés d'eau douce et cyanobactéries toxiques

•  Dialogue moléculaire dans la relation complexe entre hôte vertébré, nématodes Onchocercidae et Wolbachia (bactérie endosymbiotique stricte)

•  Biodiversité, adaptation et histoire évolutive des hémosporidies, grégarines, foraminifères, ciliés, filaires...

 

 

En direct des labos du CNRS- 13 septembre 2016

La plasmodione : une protection efficace contre le paludisme sévère ?

Depuis longtemps, les scientifiques ont constaté que le parasite du paludisme, Plasmodium falciparum, se développe moins facilement chez les populations présentant une mutation du gène g6pd . Forts de ce constat, les chercheurs du Laboratoire de chimie moléculaire (CNRS/Université de Strasbourg) ont mis au point une molécule, la plasmodione, qui mime les effets de déficiences en g6pd dans le globule rouge parasité(*). Mais le profil d'activité antipaludique de cette molécule restait jusqu'à maintenant méconnu. D'où les nouveaux travaux de cette équipe qui vient d'analyser ses effets sur les différents stades de développement du parasite dans le globule rouge. Leurs résultats, parus dans la revue Antimicrobial Agents & Chemotherapy , montrent une activité antipaludique de la plasmodione in vitro très prometteuse

 

Ehrhardt Katharina, Deregnaucourt Christiane , Goetz Alice-Anne, Tzanova Tzvetomira, Pradines Bruno, Adjalley Sophie, Blandin Stéphanie, Bagrel Denyse, Lanzer Michael & Davioud-Charvet Elisabeth

The redox-cycler plasmodione is a fast acting antimalarial lead compound with pronounced activity against sexual and early asexual blood-stage parasites Antimicrob. Agents Chemother. 13 Juin 2016

 

 

 

 

Imprimer Contact Plan du site Accueil

Molécules de Communication et Adaptation
des Micro-organismes (MCAM)
UMR 7245 CNRS/MNHN